Le monde a ajouté 50 % d’énergie propre en 2023 par rapport aux 12 mois précédents

Le monde a ajouté 50 % d’énergie renouvelable en 2023 par rapport à 2022, ce qui met l’objectif mondial de tripler l’énergie propre dans les six prochaines années à portée de main, ont déclaré des experts.

L’Agence internationale de l’énergie, qui fait autorité en matière d’énergie propre, a fait cette annonce jeudi après avoir analysé les politiques actuelles et les évolutions du marché dans les domaines de l’électricité, du transport et du chauffage.

L’analyse a révélé que les énergies renouvelables devraient être multipliées par deux et demi au cours de cette décennie, en grande partie grâce à l’énergie solaire qui représente les trois quarts des ajouts au niveau mondial. L’essor des énergies renouvelables est principalement dû à la Chine, mais la capacité a également atteint des sommets en Europe, aux États-Unis et au Brésil.

Ce rapport constitue une bonne nouvelle après que des scientifiques ont confirmé en début de semaine que 2023 serait l’année la plus chaude jamais enregistrée « par une grande marge », en raison des émissions de gaz à effet de serre provenant principalement de la combustion de combustibles fossiles.

« L’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque sont aujourd’hui moins chers que les nouvelles centrales à combustibles fossiles presque partout et moins chers que les centrales à combustibles fossiles existantes dans la plupart des pays », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE.

A lire aussi  En 2023, les États-Unis seront frappés par un nombre record de catastrophes climatiques d'une valeur d'un milliard de dollars

« Il reste encore des obstacles importants à surmonter, notamment un environnement macroéconomique mondial difficile. Selon moi, le défi le plus important pour la communauté internationale est d’augmenter rapidement le financement et le déploiement des énergies renouvelables dans la plupart des économies émergentes et en développement, dont beaucoup sont laissées pour compte dans la nouvelle économie de l’énergie. C’est à ce prix que nous pourrons atteindre l’objectif de triplement de la consommation d’énergie.

Lors du sommet sur le climat de la Cop28 qui s’est tenu à Dubaï le mois dernier, 130 pays ont convenu de tripler les énergies renouvelables et de doubler l’efficacité énergétique d’ici à 2030.

Dave Jones, directeur de programme au sein du groupe de réflexion sur l’énergie Ember, a déclaré que le déploiement de l’énergie propre l’année dernière avait clairement montré que l’objectif de 2030 était « tout à fait réalisable ».

« Cela signifie que nous sommes de plus en plus sur la bonne voie, non seulement pour atteindre le pic d’utilisation des combustibles fossiles au cours de cette décennie, mais aussi pour réduire considérablement l’utilisation des combustibles fossiles », a déclaré M. Jones.

Il a toutefois fait remarquer que cette nouvelle était en contradiction avec les investissements considérables prévus par l’industrie pétrolière et gazière, alimentés par les « superprofits » de la crise de l’énergie.

« 2024 sera l’année où les énergies renouvelables passeront du statut de nuisance pour l’industrie des combustibles fossiles à celui de menace existentielle », a-t-il ajouté.

En Chine, premier pollueur mondial, le secteur des énergies propres se développe plus rapidement que partout ailleurs dans le monde. Selon l’AIE, le pays a mis en service autant d’énergie solaire l’année dernière que le monde entier en 2022, tandis que l’énergie éolienne a augmenté de 66 % d’une année sur l’autre.

A lire aussi  Les villes américaines qui s'affaissent sont déjà confrontées à des "impacts réels", l'affaissement posant un risque pour les bâtiments et les routes

Les travaux ont commencé cette semaine sur un projet éolien, solaire et de stockage de batteries de 7,7 milliards de dollars dans la province de Shanxi, près de Pékin, Bloomberg a rapporté. Toutefois, le pays continue de construire des centaines de centrales au charbon.

Les États-Unis, deuxième pollueur mondial, ont annoncé cette semaine que l’énergie solaire serait le moteur de la croissance de la production d’électricité jusqu’en 2025. La part de l’énergie solaire passera de 4 % en 2023 à 7 % au cours des deux prochaines années, selon l’Administration américaine d’information sur l’énergie. Toutefois, le gaz naturel continuera à se tailler la part du lion.

Une autre note d’optimisme est apparue mercredi : les États-Unis ont vu leurs émissions de gaz à effet de serre diminuer pour la première fois depuis la pandémie. Les émissions ont baissé de 1,9 % par rapport à l’année précédente en 2023, même si l’économie a augmenté de 2,4 %, selon l’analyse du Rhodium Group.

Les émissions sont aujourd’hui inférieures de plus de 17 % aux niveaux de 2005, en raison d’un hiver relativement doux et du déclin des centrales électriques au charbon aux États-Unis. Bien qu’il s’agisse d’un pas dans la bonne direction, selon les analystes, ce taux de diminution doit s’accélérer, plus que tripler, et se maintenir à ce niveau au cours des six prochaines années pour atteindre l’objectif du pays de réduire les émissions de moitié d’ici 2023.

Auteur/autrice