Les fausses informations sur le climat se multiplient sur YouTube – et la plateforme en profite

Selon un nouveau rapport, la désinformation sur le climat évolue rapidement sur les médias sociaux, ce qui permet à des acteurs malveillants de contourner les restrictions et de continuer à faire des bénéfices.

Alors qu’il est désormais impossible d’ignorer les catastrophes provoquées par le climat, la plupart des gens ne peuvent plus nier catégoriquement le changement climatique.

Dans le monde obscur de la désinformation sur le climat, un changement de tactique est en cours.

Des chercheurs ont analysé des milliers d’heures de contenu sur YouTube au cours des six dernières années et ont constaté que le « vieux » déni du climat – qui prétend que le réchauffement climatique n’a pas lieu et que la combustion de combustibles fossiles n’en est pas la cause – cède la place à un nouveau type de contenu trompeur destiné à brouiller les pistes.

Le rapport, rédigé par le Center for Countering Digital Hate (CCDH), un groupe de recherche à but non lucratif, révèle que ce « nouveau déni » se divise en quelques grands groupes : les effets du réchauffement climatique sont bénéfiques ou inoffensifs ; les solutions climatiques ne fonctionneront pas ; et la science du climat et le mouvement climatique ne sont pas dignes de confiance.

Le climatologue et auteur Michael Mann décrit ces nouvelles stratégies de désinformation comme les « cinq D de l’inactivisme – déviation, retard, division, désespoir et catastrophisme ».

Le CCDH a constaté que les vidéos contenant du « nouveau déni » ont doublé depuis 2018 sur YouTube. Au total, il y avait plus de 34 000 affirmations de déni du climat sur les 96 chaînes analysées, représentant plus de 325 millions de vues.

A lire aussi  Pourquoi l'incendie de Maui a-t-il été si dévastateur ? Les scientifiques disposent de nouvelles informations grâce à des modèles informatiques de l'incendie.

Le changement a été rapide et brutal : alors que les anciens récits de déni du climat ont décliné sur YouTube, le  » nouveau déni  » a bondi. Ce dernier représente désormais 70 % de la désinformation climatique sur YouTube, tandis que le « vieux déni » est tombé à 30 %.

Imran Ahmed, directeur général du CCDH, a expliqué que les plateformes de médias sociaux aident les créateurs de contenu à déterminer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas en fournissant de nombreuses données sur la manière d’attirer des spectateurs et de les récompenser avec de l’argent.

Les chercheurs ont constaté une nette évolution des arguments de désinformation climatique sur YouTube au cours des six dernières années.

(CCDH)

Il a déclaré que les nouveaux résultats étaient quelque peu optimistes, car ils montrent que les scientifiques et les militants ont réussi à faire comprendre aux gens les réalités du changement climatique et l’impact qu’il a sur leur vie. Mais il a averti que les nouvelles recherches ont mis au jour une menace sérieuse et croissante.

« Les défenseurs du climat et les décideurs politiques doivent reconnaître ce changement ou risquer de perdre la bataille de l’information nécessaire à la mise en place de solutions climatiques », écrivent les chercheurs.

Bien que les tendances au déni du climat soient évidentes sur l’ensemble des médias sociaux, l’étude s’est concentrée sur YouTube, qui appartient à Google. La plateforme a une présence formidable en tant que ressource d’information pour des milliards de personnes, tout en étant le « Bodleian de bull**** », a déclaré M. Ahmed.

En utilisant un outil d’intelligence artificielle formé aux affirmations négationnistes sur le climat, l’étude a trouvé :

A lire aussi  Des conditions météorologiques extrêmes ont frappé tous les États américains cette semaine, faisant au moins quatre morts. Selon les experts, nous ne sommes pas encore tirés d'affaire.

– YouTube a engrangé jusqu’à 13,4 millions de dollars de recettes grâce à des vidéos présentant de nouveaux types de négationnisme climatique ;

– Les règles actuelles de Google, qui visent à démonétiser et à désamplifier la désinformation climatique, ne s’attaquent pas au nouveau déni déployé par les créateurs de contenu de YouTube ;

– YouTube continue de diffuser des publicités sur les anciennes formes de déni du climat, interdites par ses règles, ainsi que sur les nouvelles formes de désinformation.

Google a annoncé en 2021 qu’il cesserait de monétiser les contenus négationnistes.

Dans une déclaration à The Independentun porte-parole de YouTube a déclaré : « Notre politique en matière de changement climatique interdit la diffusion de publicités sur des contenus qui contredisent le consensus scientifique bien établi sur l’existence et les causes du changement climatique. Les débats ou discussions sur des sujets liés au changement climatique, y compris sur les politiques publiques ou la recherche, sont autorisés.

« Toutefois, lorsque le contenu franchit la ligne du déni du changement climatique, nous cessons de diffuser des publicités sur ces vidéos. Nous affichons également des panneaux d’information sous les vidéos concernées afin de fournir des informations supplémentaires sur le changement climatique et le contexte de tierces parties ».

Selon le Center for Countering Digital Hate, la chaîne conservatrice BlazeTV est passée d’un vieux trope de négationnisme climatique à un « nouveau » négationnisme climatique.

(CCDH)

L’étude a analysé des vidéos réalisées par des groupes de pression du secteur des combustibles fossiles, des sociétés de médias et des experts individuels. L’un d’entre eux est Jordan Peterson, un psychiatre qui compte 7,5 millions d’abonnés sur YouTube. Sa chaîne se présente généralement sous la forme d’entretiens avec d’autres négateurs du changement climatique, avec des titres tels que « La grande escroquerie climatique » et « Tuer les pauvres pour sauver la planète », selon le rapport de la CCDH. The Independent (en anglais) a contacté le Dr Peterson pour obtenir un commentaire.

A lire aussi  Des fourmis de feu construisent des radeaux alors que l'Australie s'apprête à subir ses premiers cyclones de l'année

BlazeTV, fondée par le célèbre conservateur Glenn Beck, diffuse régulièrement des émissions négationnistes sur le changement climatique. La société de médias a également diffusé de fausses affirmations sur l’élection présidentielle de 2020 et a accueilli le conspirationniste Alex Jones, spécialiste de Sandy Hook.

Dans une vidéo publiée en juillet 2022 et visionnée 71 000 fois, M. Beck affirme que l’administration Biden utilise la crise climatique comme couverture pour le contrôle gouvernemental et une « grande réinitialisation » – une théorie du complot en ligne qui prétend qu’une élite mondiale tente de démanteler le capitalisme et de créer un nouvel ordre social.

« Ils se moquent de sauver la planète, ils savent que le changement climatique ne va pas tuer des millions de personnes dans le monde, il s’agit avant tout de prendre le pouvoir et de vous contrôler (…) ils utilisent cette soi-disant urgence pour justifier une réinitialisation », a-t-il déclaré dans la vidéo. The Independent (en anglais) a contacté BlazeTV pour obtenir des commentaires.

L’étude a révélé que dans certains cas,YouTube partage les recettes publicitaires avec une chaîne, en versant 55 % au créateur du contenu et en conservant 45 %.

Les publicités diffusées sur les vidéos « New Denial » présentaient de grandes marques comme les hôtels Hilton et des organisations caritatives internationales, Save The Children et l’International Rescue Committee.

Le Center for Countering Digital Hate a demandé à YouTube et aux autres plateformes de médias sociaux d’actualiser leurs politiques pour s’adapter aux nouvelles formes de déni du climat, de supprimer les incitations financières et de réduire la portée et la visibilité de ces vidéos.

« Les gens ont le droit de publier (ce contenu), mais faut-il les récompenser avec de l’argent et leur donner un mégaphone ? a déclaré M. Ahmed.

Il a ajouté : « Nous ne reprochons pas à Google de ne pas l’avoir reconnu, mais nous voulons qu’il modifie légèrement ses règles. Ne récompensez pas ce contenu et n’en tirez pas profit ».

Auteur/autrice