L’OPEP sous le feu des critiques pour sa « résistance désespérée » à l’élimination des combustibles fossiles lors de la Cop28

Le groupe des pays producteurs de pétrole de l’OPEP est confronté à une vive réaction lors des négociations sur le climat de la Cop28 à Dubaï, après avoir demandé aux pays membres de rejeter tout accord visant à mettre fin à l’utilisation des combustibles fossiles.

La question de savoir si l’accord final du sommet sur le climat de cette année inclut ou non une « élimination progressive » des combustibles fossiles est devenue le principal débat des négociations ici à Dubaï, avec une centaine de pays exigeant une fin complète du charbon, du pétrole et du gaz, les principaux moteurs de la crise climatique, après l’année la plus chaude jamais enregistrée.

Mais dans un communiqué daté de mercredi, rapporté par The Guardian et Reuters vendredi, le secrétaire général de l’OPEP, Haitham Al Ghais, a appelé les membres à rejeter toute formulation visant les combustibles fossiles dans l’accord final. Les Émirats arabes unis, qui accueillent cette année les négociations sur le climat, sont l’un des principaux membres de l’OPEP.

Les délégations de plusieurs pays, dont un groupe de petits États insulaires et de nations particulièrement vulnérables aux impacts de la crise climatique, ont critiqué le cartel pétrolier samedi.

« Je pense qu’il est assez dégoûtant que les pays de l’OPEP fassent pression pour que la barre ne soit pas atteinte », a déclaré à la presse la ministre espagnole de la transition écologique, Teresa Ribera, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE.

A lire aussi  Les martres des pins reviennent au bord de l'extinction dans le sud de l'Angleterre

La ministre française de l’énergie, Agnès Pannier-Runacher, a déclaré : « La position de l’Opep met en danger les pays les plus vulnérables et les populations les plus pauvres qui sont les premières victimes de cette situation ».

« Je suis stupéfaite par ces déclarations de l’Opep. Et je suis en colère », a-t-elle déclaré.

M. Al Ghais avait écrit dans sa lettre que « la pression indue et disproportionnée exercée sur les combustibles fossiles pourrait atteindre un point de basculement aux conséquences irréversibles ». Il a ajouté qu’un accord sur le climat qui cible les combustibles fossiles « plutôt que les émissions » peut « mettre en péril la prospérité et l’avenir de notre peuple ».

Des membres de la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine manifestent pour réclamer la fin des combustibles fossiles lors du sommet sur le climat de la Cop28, à Dubaï.

(REUTERS)

L’envoyé climatique des Îles Marshall, pays de faible altitude qui préside le groupe High Ambition Coalition au sommet, a déclaré en réponse à la lettre que rien n’était « plus risqué que les combustibles fossiles ».

« Rien ne met plus en danger la prospérité et l’avenir de tous les habitants de la planète, y compris tous les citoyens des pays de l’OPEP, que les combustibles fossiles », a déclaré Tina Stege.

« C’est pourquoi la High Ambition Coalition milite en faveur d’une élimination progressive des combustibles fossiles, qui sont à l’origine de cette crise. Un réchauffement de 1,5 (degrés Celsius) n’est pas négociable, et cela signifie la fin des combustibles fossiles. »

Les défenseurs du climat ont organisé un sit-in de protestation devant le pavillon de l’OPEP lors du sommet et ont appelé la présidence de la Cop28 à se distancier de la déclaration de l’OPEP.

A lire aussi  Tout le Bangladesh boit de l'eau contenant des niveaux dangereux d'arsenic cancérigène.

« La résistance désespérée de l’OPEP à l’élimination progressive des combustibles fossiles révèle sa crainte d’un changement de tendance, évident dans les discussions de la Cop28 », a déclaré Cansın Leylim, de l’organisation de défense du climat 350.org.

L’Indépendant a contacté la présidence de la Cop28 et l’Opep pour obtenir des commentaires.

Jusqu’à présent, 106 pays ont soutenu l’appel à l’abandon des combustibles fossiles. Un projet de texte de l’accord final publié vendredi comprend une série d’options sur ce que l’accord pourrait dire sur l’avenir du pétrole, du gaz et du charbon.

L’option la plus ambitieuse prévoit « l’élimination progressive des combustibles fossiles conformément aux meilleures connaissances scientifiques disponibles », tandis que d’autres s’engagent à réduire l’utilisation des combustibles fossiles au cours de la présente décennie. Une autre option encore sur la table consiste à ne pas mentionner du tout les combustibles fossiles.

Des producteurs de pétrole comme la Russie et l’Arabie saoudite ont publiquement rejeté l’utilisation du terme « élimination progressive », tandis que des pays comme le Brésil, l’Inde et la Chine délibèrent sur les détails de la manière dont l’élimination progressive proposée se déroulerait.

Mais les appels de plus en plus nombreux en faveur de la fin des combustibles fossiles mettent les pays producteurs de pétrole « au pied du mur », a déclaré Tom Evans, conseiller politique au sein du groupe E3G (énergie et climat). The Independent.

« La balance penche en faveur de ceux qui réclament l’abandon progressif des combustibles fossiles », a-t-il déclaré.

Selon les experts, la pression est désormais sur le président de la Cop28, Sultan al Jaber, lui-même directeur général de la compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis, pour convaincre les pays producteurs de pétrole d’accepter une élimination progressive et de garantir ainsi un résultat fort des négociations.

A lire aussi  Les serpents des toilettes se multiplient dans toute l'Australie à cause des pluies incessantes qui font des ravages

« La Cop28 était censée être la plus inclusive des négociations sur le climat, mais les lobbyistes des combustibles fossiles y ont trouvé refuge et tentent de bloquer les progrès », déclare Mme Leylim.

« Les projecteurs sont désormais braqués sur la présidence de la Cop28 et sur la question de savoir si elle négociera un accord en faveur d’une transition juste ou si elle s’alignera sur l’industrie pétrolière.

Auteur/autrice