Quatre chefs d’entreprise sur dix sont prêts à sacrifier leurs bénéfices pour donner la priorité à l’action en faveur du climat

Selon une enquête, de plus en plus de chefs d’entreprise sont prêts à faire des compromis sur les gains à court terme pour donner la priorité à l’action climatique, alors que les craintes d’une aggravation de la crise augmentent.

La nouvelle enquête du plus grand cabinet de conseil au monde, qui prend chaque année la température des principales priorités des dirigeants d’entreprise, souligne l’inquiétude croissante des chefs d’entreprise face à l’imminence de la crise climatique.

Environ 40 % des 4 702 chefs d’entreprise qui ont répondu à la dernière enquête mondiale de PwC, anciennement connu sous le nom de PricewaterhouseCoopers, ont déclaré avoir « accepté des taux de rendement minimum plus faibles pour les investissements respectueux du climat que pour d’autres investissements ».

Il s’agit d’une nette amélioration par rapport au quart des personnes interrogées qui avaient répondu de la même manière lors des cinq précédentes éditions de l’enquête annuelle.

« Cela peut expliquer en partie pourquoi 41 % des PDG, y compris plus de la moitié de ceux des entreprises chimiques, déclarent que leurs organisations ont fixé des taux de rendement minimum pour les investissements respectueux du climat par rapport aux autres investissements », indique PwC.

Un tiers des personnes interrogées ont déclaré que la crise climatique devrait modifier leur façon de travailler au cours des trois prochaines années, car les phénomènes météorologiques extrêmes provoquent des destructions croissantes dans le monde entier, et 2024 devrait être encore plus chaude que les extrêmes records de 2023.

A lire aussi  Le CO2 s'accumule plus vite que nécessaire pour atteindre l'objectif de 1,5°C, selon le Met Office

Ce changement d’attitude à l’égard du développement durable intervient alors que l’enquête a également montré qu’environ 45 % des PDG pensent désormais que leur entreprise « ne sera pas viable dans dix ans » si elle n’opère pas une transition.

« Qu’il s’agisse d’accélérer le déploiement de l’IA générative ou de construire leur entreprise pour relever les défis et saisir les opportunités de la transition climatique, cette année est celle de la transformation », a déclaré Bob Moritz, président mondial de PwC, dans un communiqué.

Ce chiffre est également en hausse par rapport aux conclusions de PwC de l’année dernière, qui montraient que 40 % des PDG pensaient que leur entreprise ne serait plus viable dans les années à venir.

L’enquête intervient alors que les élites économiques, les dirigeants politiques et les activistes se sont rendus à la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, avec des préoccupations concernant la spirale de la crise climatique et l’intelligence artificielle en tête de l’ordre du jour.

Le sentiment d’urgence était plus fort chez les chefs d’entreprise des pays où la crise climatique a le plus d’impact. Les chefs d’entreprise d’Asie sont plus nombreux que les autres à être prêts à subir des pertes à court terme pour donner la priorité à l’action climatique.

Toutefois, cela ne signifie pas que toutes les grandes entreprises prennent effectivement en considération les risques climatiques.

Le rapport de PwC indique que « moins de la moitié des personnes interrogées ont intégré le risque climatique dans leur planification financière – et près d’un tiers n’ont pas l’intention de le faire ».

A lire aussi  Les catastrophes climatiques les plus coûteuses en 2023 révèlent une "loterie de codes postaux".

Les entreprises semblent également peu disposées à investir davantage dans la requalification de leurs travailleurs en vue d’une économie nette zéro ou à investir davantage dans des solutions climatiques basées sur la nature, même si les enquêtes de PwC ont précédemment montré que 55 % du PIB mondial dépendent modérément ou fortement de la nature.

L’enquête a également montré une augmentation de la confiance des chefs d’entreprise dans l’économie mondiale, malgré les guerres en Ukraine et à Gaza. Parmi les dirigeants, 38 % sont optimistes quant à la croissance, contre 18 % l’année dernière.

Auteur/autrice