Adriano manque la finale de la Ligue des champions après plusieurs fêtes et disparitions

L’ancien attaquant légendaire de l’Inter, Adriano, surnommé « l’Empereur », a manqué son vol de Rio de Janeiro à Istanbul pour assister à la finale de la Ligue des champions après avoir fait la fête plusieurs fois la nuit précédente et avoir disparu.

Les Nerazzurri ont affronté le Manchester City de Pep Guardiola en finale de la Ligue des champions (1-0), la plus grande compétition européenne de clubs, au stade Atatürk d’Istanbul, leur plus grand match depuis plus d’une décennie.

Adriano, qui s’est battu pour devenir l’un des meilleurs attaquants du monde lorsqu’il jouait à l’Inter, inscrivant 74 buts en 177 apparitions pour l’équipe italienne, était confiant dans les chances de son ancienne équipe et a placé un pari de 2 000 € sur la victoire de l’équipe sur Manchester City, selon des rapports provenant du Brésil. Cependant, la « fête » a commencé bien avant le début de la finale de la compétition. Avant même de connaître l’issue de la finale elle-même.

Comme le rapporte Calciomercato.com via la presse brésilienne, Adriano devait se rendre à Istanbul pour la finale de la Ligue des champions, afin de travailler en tant que commentateur pour la couverture brésilienne du match par ESPN Brésil. Cependant, il a raté son vol après une série de fêtes, ce qui l’a contraint à regarder le match depuis chez lui.

Selon certaines informations, l’ancien attaquant de Rio a été aperçu à trois soirées différentes la veille et n’a pas pu être localisé le matin, ce qui l’a conduit à manquer son vol de Rio à Istanbul.

Adriano a connu d’excellentes premières années lorsqu’il a re-signé à l’Inter en 2004, mais après la mort de son père, il a beaucoup souffert, ce qui l’a amené à retourner en Amérique du Sud.

A lire aussi  Marc Roca et Bellerín, en attente d'approbation officielle

Il s’est entretenu avec le média brésilien R7 en 2018, où Adriano a déclaré : « Je suis le seul à savoir à quel point j’ai souffert. La mort de mon père m’a laissé un grand vide, je me sentais très seul. Après sa mort, tout a empiré, parce que je me suis isolé ».

Auteur/autrice