Dani Alves gagne 2 millions d’euros pour ses droits à l’image depuis la prison

Dani Alves a remporté une victoire d’une valeur de 2 millions d’euros sur Trésorerie après la Audiencia Nacional a tranché en faveur de l’ex-footballeur dans un jugement auquel El Periódico de España de Prensa Ibérica a eu accès pour la première fois. Le Brésilien, en détention provisoire à la prison catalane de Brians 2 depuis le mois de janvier, accusé d’un délit d’abus de confiance, a été condamné à une peine d’emprisonnement de trois ans. agression sexuellea réussi à obtenir des tribunaux qu’ils lui donnent raison sur l’utilisation des revenus de son droit à l’image lorsqu’il était joueur de l’équipe nationale espagnole. FC Barcelone.

Alves, qui devait avancer cet argent ou le garantir, a reçu le 7 décembre 2016 un accord de règlement de la part de l’unité régionale d’inspection de l’Union européenne. Catalogne 2 008 863 euros lui ont été réclamés dans le cadre des inspections auxquelles lui-même et les sociétés dont il était actionnaire étaient soumis.

Comme le rapporte El Confidencialen Avril 2022, le Trésor a saisi 50% d’une maison appartenant à Dani Alves « pour réclamer 2.088.979,57 euros de capital et 170.091,65 euros d’intérêts » que le joueur devait au Trésor. Ce journal a contacté ses représentants légaux, qui ont refusé de commenter l’affaire.

Dans le cadre de la procédure qui a abouti à cette dette, l’inspection fiscale s’est intéressée à Cedro Esport, SL, une société dans laquelle Alves était associé et administrateur et à laquelle il a cédé ses droits à l’image lorsqu’il a signé au FC Barcelone à l’été 2008. En échange, la société, dont il était propriétaire à 50% avec son ex-femme, s’engageait à lui verser « .1,6 million d’euros payable en seize annuités qui commenceraient à être versées à la fin de son activité professionnelle de footballeur ou à la décision des deux parties », à laquelle s’ajouterait une « variable sur objectifs avec les mêmes conditions ».

A lire aussi  Marcelino aura son meilleur attaquant

Transfert des droits au Barça

Cedro Esport SL, explique le jugement du 4 octobre 2008 de l’Audiencia Nacional, transféré le 2 juillet 2008 (jour où le joueur a été officiellement transféré du Barça). Sevilla FC) « l’utilisation commerciale des droits d’image du joueur » au Barça pour la « durée du contrat de travail du footballeur » avec le club catalan.

Le prix convenu en échange de cette mission était de 3 180 000 euros à raison de 795 000 euros par saison, 300 000 euros de bonus pour ce prêt et une partie variable, montants qui ont été actualisés en mars 2011, lorsqu’il a été renouvelé en tant que Culé. Pour la saison 2012/13, le montant a été actualisé à 900 000 euros et en 2013/14, il a été de 1 050 000 euros plus la partie variable. À cela s’ajoute, selon l’inspection, le reste des revenus que Cedro Esport a obtenu pour les droits d’image de Dani Alves, comme les près d’un million d’euros facturés à Adidas entre 2013 et 2014, la somme de 10 000 € à 1 000 000 € a été versée à l’association. Panini ou les 65 700 euros de Gillette.

C’est le prétendu écart indu que l’inspection fiscale lui a imputé entre ce que la société a facturé pour ces droits et ce qu’elle a ensuite payé à l’ex-footballeur lui-même qui a abouti à cette « régularisation controversée » de 2 millions d’euros pour « les » droits d’auteur. valorisation au prix du marché de l’avantage reçu par (Dani Alves) pour la cession des droits d’image à Cedro Esport, SL ».

A lire aussi  Le footballeur Sergio Rico sort du coma, reconnaît sa famille et communique par gestes

Cependant, l’Audiencia Nacional considère maintenant que ce qui a été jugé par l’inspection des impôts et validé en 2019 par la Cour administrative économique centrale (TEAC) aboutit à une « solution totalement irrationnelle » et à « l’incorrection de la méthode utilisée » dans la procédure, ce qui conduit à donner raison au footballeur et à faire droit à un recours qui « vaut » 2 millions d’euros.

« Le résultat obtenu est que la société perçoit que les revenus sont très inférieurs aux dépenses encourues à cette fin. Comme ce résultat n’est pas satisfaisant, qu’il conduit à une solution complètement irrationnelle et qu’il est admis dans l’accord de règlement lui-même, il est résolu en déclarant que la valeur marchande des droits d’image cédés par M. (Dani Alves) est de 0 € pour les deux années. Mais, après tout, avec cette solution, il est clair que la valeur marchande des droits d’image transférés est de 0 € pour les deux années. l’inexactitude de la méthode utilisée en raison des résultats irrationnels auxquels elle aboutit, et qui nous conduit également à faire droit à ce moyen », conclut l’arrêt du Tribunal. Audiencia Nacional.

Auteur/autrice