Jordan Henderson fuit l’Arabie Saoudite sans jamais avoir touché de salaire

De nombreux footballeurs professionnels ont décidé de faire leurs valises l’été dernier pour rejoindre des championnats tels que l’Arabie saoudite, où ils ont pris la poudre d’escampette. Arabie Saoudite. La raison a toujours été purement économique, car les salaires qui les attendaient étaient introuvables en Europe. Ce qui est curieux, c’est qu’historiquement, il s’agissait toujours de joueurs à la recherche d’une retraite dorée au crépuscule de leur carrière déclinante. Le Mexique, le Japon ou la Chine ont été des options similaires dans le passé. Tous ne correspondent pas à ce profil… et certains d’entre eux font tout ce qu’ils peuvent pour retourner à leur ancienne vie, fuyant un pays et un football si différents.

Le cas de Jordan Henderson est l’un des plus clairs. L’international anglais a été très critiqué pour son départ l’été dernier vers l’Angleterre. Al-Ettifaqa quitté Liverpool pour 14 millions d’euros, bien au-dessus de sa valeur marchande à l’âge de 33 ans. Il a signé jusqu’en 2026 pour un salaire d’environ 350 000 livres sterling par semaine, ce qui n’est pas négligeable.

Le vétéran milieu de terrain international anglais a vite compris que l’argent n’était pas tout. La première chose qu’il aurait faite, selon plusieurs médias du pays, a été de se mettre d’accord avec le club arabe pour reporter son paiement jusqu’au changement d’année fiscale. C’est-à-dire jusqu’au début de l’année 2024, alors qu’il arrive en juillet en Arabie. La raison n’était autre que d’éviter de payer certains impôts, car la charge fiscale en Angleterre est plus élevée et la différence est flagrante.

A lire aussi  Les équipes espagnoles veulent éviter le PSG et l'Inter lors du tirage au sort de la Ligue des champions

Jordan Henderson, sous pression

La pression extérieure a été importante après l’annonce de son départ de la Premier League, mais aussi dans sa nouvelle destination. L’environnement et son manager, Steven Gerrard, ont fait peser sur ses épaules la pression d’une équipe médiocre dans un championnat médiocre. Le classement de la ligue est exécrable, loin des sommets. Le niveau de jeu s’apparente davantage à celui de la Ligue 1 britannique (troisième niveau), ce qui pèse également sur son mental, au point qu’il supplie qu’on lui permette de partir.

Jordan Henderson et Jude Bellingham célèbrent un but de l’Angleterre en huitième de finale contre le Sénégal. EFE


Aujourd’hui, quelques mois plus tard, il a été libéré pour retourner en Europe, à destination de l’Ajax. Le club amstellodamois ne déboursera pas d’argent pour lui, ni ne s’alignera sur son salaire démesuré, mais il lui donnera l’occasion de vivre un nouveau championnat dans un club historique et lui offrira une chance de participer au prochain Championnat d’Europe. Mais cela aura un coût financier pour Jordan Henderson. L’Anglais devra renoncer à l’intégralité de son salaire au profit d’Al-Ettifaq. Et ce, depuis son arrivée en juillet jusqu’à son départ en janvier. Il s’agit d’un rétention cumulée de plus de 9,8 millions d’euros. selon des informations publiées dans The Telegraph. Par ailleurs, la presse anglaise rapporte également la un paiement supplémentaire d’environ 4,5 millions d’euros pour sa libération.Le club arabe a donc payé près de 14 millions d’euros à Liverpool pour s’attacher ses services. C’est le prix de sa liberté… et de sa cupidité.

A lire aussi  La RFEF lance une campagne de sensibilisation contre le racisme et met en place différentes actions dans les matches relevant de sa compétence.

Auteur/autrice