La nationalité française de Benzema sera retirée si ses liens avec l’islamisme sont confirmés

La sénatrice conservatrice française Valérie Boyer a demandé mercredi que la nationalité du footballeur lui soit retirée. Karim Benzema s’il est confirmé qu’il a des liens avec le groupe islamiste des Frères musulmans, comme l’a suggéré le ministre de l’intérieur Gérarld Darmanin.

« Si les déclarations du ministre de l’Intérieur sont confirmées, nous devons envisager des sanctions à l’encontre de Karim Benzema. Une sanction symbolique consisterait d’abord à lui retirer le Ballon d’Or. Ensuite, nous devons demander que sa nationalité lui soit retirée », a déclaré le législateur dans un communiqué.

La réaction du sénateur républicain (LR) intervient deux jours après que M. Darmanin a affirmé, lors d’une interview télévisée, que l’ancien joueur du Real Madrid avait des liens avec le groupe islamique d’origine égyptienne.

« Monsieur Benzema a des liens, tout le monde le sait, c’est notoire, avec les Frères musulmans ».a déclaré Darmanin lundi soir sur la chaîne de télévision Cnews. M. Boyer a rappelé que M. Benzema a la double nationalité française et algérienne. « Nous ne pouvons pas accepter qu’un binational français, un international reconnu, déshonore et trahisse ainsi notre pays », a-t-il déclaré.

Le ministre avait été interrogé sur le message de l’ancien joueur du Real Madrid sur les médias sociaux en faveur du peuple palestinien, qui contrastait avec son silence sur les attaques terroristes du Hamas contre Israël le 7 septembre.

Darmanin a estimé que les joueurs de la notoriété de Benzema « ont une responsabilité » et une influence sur la jeunesse qui aurait dû l’amener à être plus impartial.

Mais c’est plus tard, alors qu’il répondait à une question sur les actions de son gouvernement pour contrer le terrorisme djihadiste sur le territoire français, que Darmanin a lancé son accusation contre le footballeur, sans apporter de preuves. « Depuis des semaines, je m’intéresse particulièrement (…) aux Frères musulmans », a déclaré le ministre, qui faisait alors allusion aux liens présumés de Benzema avec ce groupe islamiste, classé comme terroriste par l’Arabie saoudite, pays où évolue l’ex-madrilène.

A lire aussi  Copa del Rey : Comment se déroulera le tirage au sort du deuxième tour ?

Cette partie de la déclaration du ministre, faite au moment où la France renforçait la sécurité à sa frontière avec la Belgique à la suite de l’attentat islamiste perpétré à Bruxelles lundi soir, n’a pas été reprise en France jusqu’à ce que certains médias espagnols s’en fassent l’écho tard dans la journée de mardi.

Benzema pose déjà avec son nouveau club EFE


Mercredi, des sources du ministère de l’Intérieur ont justifié l’accusation lancée par Darmanin par plusieurs actions du joueur qui constituent « une dérive vers un islam dur et rigoureux, caractéristique de l’idéologie » des Frères musulmans « qui consiste à diffuser les normes islamiques dans différents domaines de la société, surtout dans le sport ».

Dans des déclarations à RMC Sport, ces sources de l’Intérieur ont fait allusion à des situations controversées dans lesquelles Benzema a été impliqué, comme son refus de chanter La Marseillaise lors des matchs de l’équipe de France ou son « prosélytisme » sur les réseaux sociaux « en faveur de la religion musulmane ».

Ils ont également rappelé que l’attaquant a été photographié avec l’imam de la ville de Meaux, qui fait l’objet d’une enquête dans le cadre de l’assassinat du professeur Samuel Paty, décapité en octobre 2020 par un islamiste d’origine tchétchène.

Un autre exemple est le soutien de Benzema au combattant russe Khabib Nurmagomedov, qui a posté un message souhaitant « Que le Tout-Puissant défigure cette ordure » Emmanuel Macron et « tous ses disciples qui, au nom de la liberté d’expression, insultent la foi de plus d’un milliard et demi de musulmans. ».

A lire aussi  Florentino, sur le "cas Negreira" : "Il n'est pas normal qu'un club paie le vice-président des arbitres".

Pour Interior, toutes ces affaires ne lui permettent pas d’être poursuivi en justice, mais « elles sont un signal particulièrement ambigu pour un sportif qui a une telle audience ».

97 matches pour la France

Benzema, 35 ans, qui a joué 97 matches internationaux avant de mettre un terme à sa carrière en équipe de France en 2022 en raison de désaccords constants avec le sélectionneur Didier Deschamps, évolue depuis cette saison au sein du club saoudien d’Al-Ittihad, après 14 saisons passées au Real Madrid.

Le 15, il envoie un message de soutien au peuple palestinien via les réseaux sociaux : « Toutes nos prières vont aux habitants de Gaza, victimes une fois de plus de ces bombardements injustes qui n’épargnent ni les femmes ni les enfants ».

D’autres footballeurs français ont également manifesté leur soutien au peuple palestinien sans condamner l’attaque du Hamas. C’est le cas de Nabil Fekir, qui a exprimé son « soutien indéfectible au peuple palestinien » qui « souffre de l’apartheid depuis trop longtemps ».

L’affaire Zahia en 2010

Benzema et certains de ses coéquipiers (dont Ribéry) ont été inculpés puis acquittés après avoir été accusés d’avoir eu recours aux services d’une prostituée mineure. Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que les joueurs (qui n’étaient pas présents au procès) ne connaissaient pas l’âge de la jeune fille, Zahia Dehar. Il s’agit de la première des grandes controverses qui ont marqué la carrière sportive de Benzema, bien qu’il y en ait d’autres dans les médias, comme les extorsions de fonds de son coéquipier et jusqu’alors ami, Valbuena. D’autre part, ses courses illégales, différents délits graves ou la conduite sans permis sont d’autres affaires auxquelles il a dû faire face.

A lire aussi  Vinícius prend la défense de Benjamin Mendy

Auteur/autrice