La trahison de Luis Rubiales par l’oncle Juan : 20 courriels et conversations privées avec Sergio Ramos

Juan Rubiales, qui s’est déchaîné pour finir d’enterrer son neveu, a vu son coup se retourner contre lui. L’oncle et ex-chef de cabinet du président de la RFEF, Luis Rubialesa saisi la justice pour faire valoir que son neveu l’avait licencié abusivement le 1er juillet 2022. Non seulement il n’a pas eu raison, mais le tribunal social n° 3 de Madrid a jugé que le licenciement était abusif. a également considéré que les méthodes qu’il a utilisées pour trahir Luis étaient prouvées.selon la sentence prononcée en juin.

Messages avec Sergio Ramos

Le jugement considère qu’il est prouvé que Juan Rubiales a extrait des informations de la RFEF, en utilisant à cette fin son compte de courrier électronique professionnel. L’oncle Juan a envoyé au moins 20 courriels entre février et mai 2022. à deux adresses électroniques, l’une lui appartenant et [email protected]. On ne sait pas si c’est lui ou un tiers qui se cache derrière la seconde. Il y a également un envoi à [email protected], une entreprise à laquelle il s’est adressé pour prétendument imprimer des courriers croisés avec son neveu et les directeurs. Andreu Camps et Tomás González Cueto.

Le juge considère qu’il est prouvé que Juan Rubiales a envoyé ces courriels « avec des conversations WhatsApp avec des directeurs de la RFEF et avec Sergio Ramos, les autorisations de cartes de crédit, la composition du comité d’éthique et le contenu de diverses réunions, entre autres.« , comme le reflète l’arrêt.

A lire aussi  Le football féminin a dépensé un montant record de 2,1 millions d'euros en transferts en janvier

La liste des 20 courriels, découverte par une enquête interne de la RFEF, comprenait également « un fil de courriels internes du personnel de la RFEF », une « liste de courriels internes de la RFEF » et une « liste de courriels internes de la RFEF ». « une photographie du président de la RFEF accompagné d’une personne extérieure à la RFEF ». et « une conversation Whatsapp faisant référence au président de la RFEF », entre autres documents.

Les audios de Rubiales

Les dates auxquelles Juan Rubiales a extrait des informations de la RFEF sont antérieures et simultanées à la publication dans « El Confidencial » des audios connus sous le nom de audios de Rubialesdans lesquels sont enregistrées des conversations privées entre le président de la RFEF et différentes personnalités.

Parmi eux, Ramos lui-même et aussi Gerard Piqué, en raison des démarches qui ont permis d’amener la Super Coupe d’Espagne en Arabie Saoudite, opération pour laquelle Kosmos, la société de l’ancien défenseur central du FC Barcelone, a reçu une commission versée par la dictature saoudienne.

Juan Rubiales était payé 125 000 euros par an.

En fait, le jugement souligne une corrélation directe entre une publication dans « El Mundo » sur la commission d’éthique de la RFEF, qui s’est produite à la fin de l’année dernière, et la décision de la Commission d’éthique de la RFEF. quatre jours après l’envoi de cette information par Juan Rubiales sur le compte e-mail [email protected].

L’arrêt révèle également que le salaire annuel de Juan Rubiales à la RFEF s’élevait à 125 000 euros bruts par an. et qu’il a reçu une indemnité de 6 394,73 euros pour son licenciement, alors qu’il était directeur du musée de la RFEF. C’est à ce poste qu’il a été relégué le 10 décembre 2020, lorsqu’il a perdu la confiance de son neveu Luis pour continuer à être chef de cabinet, poste qu’il occupait depuis le 5 juin 2018.

A lire aussi  Le Barça signe Joao Félix et Joao Cancelo

Pour toutes ces raisons, le juge considère qu’il est prouvé que le comportement de Juan Rubiales « implique une perte de confiance, un abus de confiance et une violation du secret professionnel » qui justifient le licenciement équitable de l’ancien chef de cabinet de la RFEF, effectué le 1er juillet 2022, alors qu’il était en arrêt maladie, circonstance qui, selon le juge, n’affecte pas la validité du licenciement. Contre la sentence, Il existe toutefois un droit d’appel devant la Haute Cour de justice.

Auteur/autrice