Les unionistes ne renoncent à rien contre le Barça : « C’est ce qui nous a permis d’arriver jusqu’ici ».

Dans chaque édition de la Copa del Rey, il y a une équipe révélation, une équipe révélation, une équipe révélation, une équipe révélation, une équipe révélation, une équipe révélation.matagigantesEt cette année, c’est un groupe dirigé par un entraîneur expérimenté dans les domaines du football valencien qui est à la recherche de cette médaille. Les Unionistas de Salamanca accueillent le FC Barcelona en huitième de finale du Tournoi du KO dans un Reina Sofia où il n’y aura pas de place pour une seule âme, après avoir laissé sur leur chemin des rivaux d’une catégorie supérieure comme le Sporting Gijón, ou au tour précédent nul autre que Villarreal. Un match qui a dû être réglé en prolongation mais dans lequel l’équipe de Salamanque a dominé le jeu. « sans rien céder ».. Une approche qu’ils n’ont pas l’intention d’abandonner même s’ils affrontent les champions en titre. « Nous n’allons pas cesser d’être ambitieux et offensifs, c’est ce qui nous a permis d’aller aussi loin ».Dani Ponz, l’entraîneur des Unionistas, a déclaré à SUPER avant l’un des matches les plus importants de sa longue carrière.

Forgé dans le milieu du football valencien, avec des records de participation aux play-offs de la quatrième étape nationale, Dani a eu l’opportunité de faire le saut vers la troisième catégorie du football espagnol après avoir été promu avec Alzira à la deuxième fédération. « Il y avait des projets, mais je n’ai jamais franchi le pas, mais après cette promotion, j’ai pensé qu’il était temps ».dit-il.

Sur le plan sportif, le match génère « beaucoup de joie et d’attente » à Salamanque, des émotions qu’il « faut savoir gérer ». Mais Dani avait déjà en tête ce genre de match. Dans les plans des Unionistas, il y avait « ne jamais abandonner la Coupe ».. « Il n’y a qu’une équipe de Segunda et une de Primera RFEF, ce n’est pas pour rien. Nous avons déjà constitué une équipe avec des profils similaires afin de pouvoir effectuer des rotations », admet l’entraîneur valencien, à l’aise avec l’idée d’être la surprise de la compétition.

A lire aussi  La Real Sociedad négocie pour Sergio Reguilón

La vérité, c’est qu’il y a un grand favori, le Barça, bien sûr, mais l’équipe de Xavi est blessée dans son orgueil après avoir perdu la finale de la Super Coupe contre le Real Madrid, et il n’y a pas de meilleure occasion de remuer le couteau dans la plaie. « Voyons ce qu’ils nous laissent faire »a déclaré Dani, qui n’a pas l’intention de renoncer à son style. Ces caractéristiques l’ont amené au Reina Sofía grâce à un travail acharné. « Nous n’avons pas d’heures. Le football est notre passion, notre vie. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été avec le ballon et j’ai toujours appris et progressé par essais et erreurs », reconnaît-il.

Ils occupent la 13e place du Groupe 1 de la première RFEF, à exactement le même nombre de points des places de promotion et de relégation (six), l’excitation de la Coupe est un stimulant pour le moral de l’équipeL’équipe devra affronter une équipe du Barça qui a déjà eu du mal à franchir le dernier tour contre une équipe de catégorie encore plus basse.

Des rotations sont attendues dans l’équipe blaugrana, et même Vitor Roque, la grande attraction de Culé dans la deuxième moitié de la saison, pourrait être dans l’équipe de départ. Du côté des Unionistas, on retrouve un visage familier dans la ville de Valence, en plus de Dani Ponz. Défendre ses couleurs cette année Carlos GiménezLe défenseur central de Levante Ud est prêté jusqu’à la fin de la saison. Le défenseur central était déjà dans l’équipe de départ contre Villarreal et devrait retrouver sa place en défense, à partir de 19h30 à l’Estadio Municipal Reina Sofia.

A lire aussi  Un bus lyonnais caillassé avant le match contre Marseille

Auteur/autrice