Luis de la Fuente confie ses sentiments dans l’affaire Rubiales

Le sélectionneur espagnol Luis de la Fuente avoue dans une interview à ‘El Mundo’ qu’il s’est senti très mal à l’aise. son premier objectif n’était pas de préserver sa position, mais « d’être humble », « d’être satisfait de moi-même et de demander pardon ».

Le sélectionneur espagnol fait un véritable « mea culpa » après l’affaire Rubiales et ses conséquences, et avoue qu’après ce qui s’est passé avec l’ancien président de la RFEF et l’internationale Jennifer Hermoso, « je voudrais dire que je suis très content de la façon dont les choses se passent ».J’ai appris quelque chose de très important : que nous pouvons tous faire des erreurs, que nous devons être humbles pour accepter nos erreurs et les reconnaître.et qu’il faut être généreux pour pardonner ».

Luis de la Fuente assure que lorsqu’il a vu les conséquences de ses applaudissements pour Luis Rubiales, il n’a pas craint de perdre son poste à la tête de l’équipe nationale : « […]Je ne pensais pas à cela. Je pensais seulement à avoir la conscience tranquille, à faire ce que je devais faire.. Je ne m’inquiétais pas des conséquences. Une fois que j’ai réfléchi et compris ce que je devais faire, je l’ai fait : j’avais commis une erreur, je me suis excusé et j’ai demandé pardon.

Sans entrer dans la polémique, De la Fuente considère, comme le capitaine Álvaro Morata, que l’équipe nationale masculine apporte un soutien inconditionnel à l’équipe nationale féminine. « Nous soutenons vraiment beaucoup, en public et en privé. Il y a toujours place à l’amélioration, mais nous aidons beaucoup et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir. Personne ne retient son soutien au football féminin ou à une quelconque partie de la fédération.

A lire aussi  M. Gomar ne se présentera comme successeur de M. Rubiales que s'il est proposé comme candidat de consensus.

De la Fuente a confiance en l’Espagne avant l’Euro 2024

Sur le plan sportif, le sélectionneur affirme que l’Espagne va au Championnat d’Europe « pour essayer de le gagner ». De la Fuente estime qu’il est trop tôt pour placer l’actuelle génération d’internationaux espagnols en dessous de la légendaire cinquième qui a remporté la Coupe du monde en 2020 et les Championnats d’Europe en 2008 et 2012. « Les évaluations doivent être faites avec du recul. En 2007, personne ne pensait que nous serions champions en 2008. L’évaluation de cette génération devra se faire avec le temps ».

Luis rompt une lance en faveur de Morata, Pedri, Rodri et consorts.Mais je suis très optimiste parce que je les connais bien, ils ont tout gagné chez les jeunes et c’est normalement de bon augure pour leur avenir. Individuellement, nous avons des joueurs de grande qualité. Si nous parvenons à former une équipe, nous avons tous les arguments pour nous battre pour quelque chose d’important. C’est très difficile de gagner, mais nous sommes en position de gagner.

Auteur/autrice