Mikel Merino : « Nous avons été courageux avec la déclaration, nous devions faire un pas en avant ».

Mikel Merino (Pamplona, 1996), international espagnol et star de la Real Sociedad en Ligue des champions, demande à s’asseoir pour une interview – qui n’est pas la première de la journée – avec EL PERIÓDICO DE ESPAÑA, de Prensa Ibérica. Le début de la saison n’a pas été facile en raison d’une gêne physique. Rien à voir avec son confort lorsqu’il a un enregistreur devant lui. A la maison, où l’on respire le football des quatre côtés (son père était footballeur professionnel), il a été formé à affronter les courbes de son métier. Même s’il préfère la Formule 1, sa passion va au-delà du ballon.

Face au positionnement de l’affaire Rubiales, il ralentit pour défendre les la « liberté d’opinion » et la déclaration de groupe. Si vous l’interrogez sur De la Fuente, avec qui il entretient d’excellentes relations, passe à la vitesse supérieure pour faire l’éloge de sa gestion. Les footballeurs, estime Merino, ont désormais de meilleures aides à la conduite dans leurs itinéraires, parce qu’ils prennent « plus sérieusement la santé mentale que la santé physique ».. Cependant, pour des courses d’endurance comme celle déclenchée par la crise fédérative, on n’est jamais tout à fait prêt. Mais il ne baisse jamais les yeux et répond, comme sur le terrain, par l’ordre et la hiérarchie. Son discours n’est pas celui d’un footballeur, c’est celui d’une personne. Mikel Merino est l’un des leaders du vestiaire et, curieusement, l’un des quatre Navarrais convoqués par De la Fuente avec Azpilicueta, David García et Nico Williams.

Question : Comment vous sentez-vous ?

Réponse. Je suis heureuse et enthousiaste. Chaque fois que nous nous retrouvons avec l’équipe nationale, c’est toujours une bonne expérience. En même temps, je reviens tout juste d’une blessure. Évidemment, dans les premiers jours qui suivent un désagrément physique, il y a un processus d’adaptation. Mais je me sens bien et fort, et j’attends avec impatience les prochains matches.

P. Dès que vous avez débarqué au rallye, il y a eu une réunion d’urgence pour rédiger le communiqué sur l’affaire Rubiales. Comment cette position a-t-elle été gérée ?

R. Ces semaines ont été très compliquées et difficiles pour tout le monde à cause de ce qui s’est passé. Ce fut une journée difficile pour nous. Nous ne savions pas vraiment ce que nous allions trouver. Ce qui était clair pour nous, c’est que, dès notre arrivée, une fois que nous avons su qui seraient les représentants de l’équipe nationale masculine – parce que jusqu’à ce que vous veniez ici, vous êtes un joueur de votre club – nous devions parler et faire un pas en avant par rapport à ce qui s’était passé. Nous nous sommes réunis en équipe et nous avons décidé de publier cette déclaration pour donner notre avis. Il me semble que c’est le pas qu’il fallait faire. Être courageux et s’exprimer sur un sujet aussi controversé qui concerne l’ensemble du football espagnol.

P. On vous a reproché de ne pas avoir soutenu explicitement les Jenni Hermoso Sont-ils satisfaits de leur position ?

R. Je pense que dans tout ce qui se passe dans le monde, dans n’importe quelle situation, il y aura des critiques et des opinions, parce que c’est ainsi que fonctionne notre société. Personne ne sera toujours satisfait de ce que vous faites. Mais si vous regardez le communiqué calmement et que vous le lisez bien, je pense qu’il s’agit d’un communiqué correct dans lequel nous exprimons clairement ce que nous pensons. Vous pouvez y lire clairement notre opinion et il exprime très bien ce sur quoi nous sommes parvenus à nous mettre d’accord.

Q. Est-ce une façon d’affirmer que les footballeurs ne vivent pas en dehors de la réalité ?

R. Nous avions le devoir de faire ce pas en avant et de faire cette déclaration. En même temps, je pense qu’au niveau individuel, il y a beaucoup de gens qui ont leur opinion et le droit de la garder pour eux. Car l’opinion est une valeur libre. Vous avez la possibilité de la donner ou de ne pas la donner en fonction de ce que vous pensez. Ici, dans notre ensemble, nous avons pensé que l’important était de faire un pas en avant.

Q. Avez-vous pensé à un moment donné que Luis de la Fuente serait licencié et qu’il ne serait pas appelé pour cette fenêtre ?

A lire aussi  Le Barça veut s'offrir le joueur vedette de l'Athletic... gratuitement... gratuitement !

R. Je n’y ai pas beaucoup pensé, tout peut arriver en cette période de turbulences. Nous n’y avons pas beaucoup réfléchi. J’étais concentré sur la Real Sociedad, c’était ce qui comptait le plus pour moi. Et au moment de la convocation, nous savions que Luis de la Fuente serait l’entraîneur. Pour ma part, je suis très heureux qu’il puisse continuer à être l’entraîneur. Pour qu’il puisse continuer à réaliser son rêve d’entraîner une équipe aussi importante. Maintenant, nous nous concentrons sur ce qui compte le plus pour nous.

P. De la Fuente et vous êtes très proches. Il vous a toujours donné beaucoup de confiance. Vous travaillez ensemble depuis l’équipe nationale des jeunes.

R. C’est un entraîneur avec lequel je travaille depuis de nombreuses années, je sais ce qu’il demande et je sais ce qu’il veut. En tant que joueur, il sait ce que je peux apporter. Non seulement sur le terrain, mais aussi en dehors. Ce sont des registres différents de ceux que j’ai au Real et en équipe nationale (de milieu défensif à double pivot avec Rodri, comme dans les équipes de jeunes). L’essentiel est de s’adapter au mieux, car nous avons très peu de temps pour changer cette puce, puisque vous passez de l’équipe à l’équipe nationale. Luis nous donne beaucoup de liberté à l’entraînement. Il est patient pour que nous comprenions ce qu’il nous demande et il nous explique tout de manière très claire.

P. Vous êtes l’un des quatre seuls entraîneurs de l’histoire de l’équipe nationale, avec Villalonga, Aragonés et Del Bosque, à avoir remporté un titre. Pensez-vous que le triomphe en finale de la Coupe du Monde de la FIFA a été un succès ? Ligue des Nations?

R. Je répète ce que j’ai dit. Quoi qu’il arrive dans cette société, il y aura beaucoup de gens qui auront des opinions différentes. Je pense que gagner un tournoi comme la Ligue des Nations est une étape importante. Les champions des années précédentes l’ont célébré avec style, ce qui montre la valeur que chacun y attache. Il n’y a pas de champions médiocres, ils sont toujours du plus haut niveau. Il suffit de regarder les équipes qui ont atteint le Final Four. Il n’y avait pas d’équipes de haut niveau. Le fait de gagner un tournoi comme celui-ci, certains peuvent penser que c’est mineur, mais les équipes qui y participent ne sont pas mineures. Nous accordons à ce tournoi toute la valeur qu’il mérite et il nous a donné la confiance nécessaire pour poursuivre ce processus.

P. Ils ont maintenant deux matches à jouer, contre la Géorgie et Chypre, et n’ont plus le droit à l’erreur dans la phase de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA. EURO. La défaite contre l’Ecosse a tout conditionné.

Nous les affrontons avec la même mentalité qu’en Ligue des Nations. Nous savons que, même s’il s’agit d’équipes qui ne portent pas le nom d’une grande équipe nationale, elles sont bien formées. Avec des joueurs que le supporter moyen ne connaît pas, mais qui sont de haut niveau. La meilleure façon d’aborder ces matches est de les affronter un par un, en allant au bout des choses.

P. Vous avez commencé la saison dans l’inconfort. Cependant, vous semblez être devenu plus résistant dans le processus de récupération. Pensez-vous parfois que vous êtes vaudou ?

R. Je ne suis pas un joueur qui se blesse beaucoup, même s’il est vrai que les blessures que j’ai eues étaient graves. C’est pour cela que je suis associé à l’image d’un homme qui prend beaucoup de coups (rires). Avec les années, on prend les choses différemment. On apprend à mieux connaître son corps. On est capable de s’arrêter avant que la blessure ne s’aggrave et on est capable de revenir en deux semaines. On se familiarise avec la profession.

P. En parlant de blessures, comment la Real Sociedad a-t-elle vécu la blessure de Silva, qui l’a contraint à prendre sa retraite ?

R. C’était très dur. Il ne méritait pas une telle fin. Le football est capricieux et dit que c’en est assez quand on s’y attend le moins. Le bon côté des choses, c’est que c’est arrivé maintenant, à 37 ans, plutôt qu’au milieu de sa carrière. Mais c’est un joueur d’élite et un joueur clé pour nous, tant sur le terrain qu’en dehors. En raison de son ancienneté et du niveau auquel il se trouvait, il était un spectacle. Il y a des joueurs qui vont devoir s’imposer. J’en fais partie. Nous devrons prendre le relais de David.

A lire aussi  Víctor Camarasa, absent pour une durée indéterminée avec Oviedo pour "santé mentale".

P. Vous évoquez les 37 ans de Silva, mais nous l’avons déjà entendu dire qu’à 27 ans il se sentait déjà « vieux ». Le monde du football va-t-il trop vite ?

R. Nous allons trop vite. J’ai 27 ans et nous avons des coéquipiers de 16 ans (en référence à Lamine Yamal). C’est très rapide, mais c’est le football d’aujourd’hui. Les joueurs arrivent dans l’élite mieux préparés, plus jeunes. En même temps, les joueurs plus âgés ont les moyens de mieux prendre soin d’eux. La limite d’âge du joueur professionnel est de plus en plus élevée, ce qui rend la compétition féroce.

Q. Quelle est l’importance de la santé mentale dans votre profession ?

R. La santé mentale est presque plus importante que la santé physique. De nos jours, beaucoup de travail est fait pour lever les tabous qui existaient auparavant. Il est très important d’être mentalement équilibré, d’avoir un « arrière-plan » de personnes pour vous aider, qu’il s’agisse de votre famille et de votre partenaire, ou de professionnels dans ce domaine. Car c’est toujours l’esprit qui fait ressortir la meilleure version de l’individu. Nous le voyons chez de nombreux joueurs qui manquent de confiance en eux à certains moments. Physiquement, vous êtes en forme, mais vous ne vous sentez pas bien parce que mentalement, vous n’êtes pas à 100 %. Nous devrions tous travailler sur notre santé mentale.

Q. En quoi le fait d’avoir grandi dans une « maison de football » vous a-t-il aidé et comment votre père (Miguel Merino, ancien joueur dans les années 90 pour des équipes telles que Leganés, Osasuna et Celta) supporte-t-il le fait que vous soyez devenu trop grand pour lui ?

R. Si ma mère t’entend dire cela, nous sommes dans le pétrin… (rires). Cela a été très important pour moi de devenir le joueur que je suis aujourd’hui. J’ai beaucoup de chance grâce aux personnes qui m’entourent. J’ai une mentalité de base lorsqu’il s’agit de gérer les bonnes et les mauvaises nouvelles, de sorte que je ne sois ni trop haut ni trop bas. Si, à un moment donné, je ne suis plus capable de relever les défis, j’ai autour de moi des personnes qui sont plus que prêtes. Mon partenaire est une personne qui a su s’adapter parfaitement au rôle d’une famille de footballeurs.

Q. Jouez-vous trop de matches, comment faites-vous pour qu’ils durent plus de 100 minutes ?

R. Il y a trop de matches et en plus ils s’éternisent. C’est ce à quoi nous devons faire face. Il y a deux options : nous nous adaptons à ce nouveau format, il y a des équipes avec plus de joueurs et nous laissons les joueurs se blesser ; ou nous réduisons le nombre de matches. Cette deuxième option est irréalisable, car elle affecte l’argent. Le football est un business et il est difficile d’y parvenir. Nous devons essayer d’y parvenir de la meilleure façon possible. Il est évident que s’il y a moins de matches, nous y arriverons mieux pour offrir plus de spectacle.

P. Vous pouvez également consulter Arabie Saoudite ou la MLS aux Etats-Unis… Le rythme est plus lent là-bas.

A. (rires) Je considère que ces compétitions font partie de la réalité du football. Ce sport est un spectacle et il est géré dans le but de gagner de l’argent. La MLS et l’Arabie saoudite sont des attractions différentes. Elles sont passées de ligues où les joueurs chevronnés se rendaient pour se donner un peu de cachet à des ligues qui accueillent des joueurs de Premier League, de LaLiga…. Ils rendent la compétition plus attrayante et le niveau des matches est plus élevé.

P. Maintenant que vous parlez de la Premieroù il était, comme dans le BundesligaPensez-vous que LaLiga est dévaluée ?

R. LaLiga a une valeur énorme en raison de la culture du football en Espagne. Elle est spéciale et reconnue dans le monde entier. Je pense aussi qu’il y a beaucoup de choses qui pourraient être améliorées, mais je ne vais pas entrer dans les détails. Il est vrai que le football n’a plus l’attrait qu’il avait auparavant. Les grands joueurs qui venaient ici, à la fois par intérêt et à cause de la santé financière de LaLiga, ne viennent plus ici. Cependant, en termes de football, c’est une compétition de haut niveau. On le voit dans les affrontements en Europe, où les équipes de la Ligue des champions, de la Ligue Europa et de la Conférence sont d’un niveau très élevé.

A lire aussi  Un tribunal inculpe le fils de Negreira pour des paiements effectués par le FC Barcelone

P. Parmi les participants à la Ligue des champions se trouve votre Real Sociedad, qui a été associée à l’Inter, au RB Salzburg et à Benfica. Comment voyez-vous les choses ?

A. Le tirage au sort de la Ligue des champions est difficile, mais pour ce qu’il aurait pu être ? C’est toujours compliqué. J’ai hâte d’entendre l’hymne de la Ligue des champions au Reale et de voir à quoi ressemblent les matches à l’extérieur. Mais il faut le prouver, il ne suffit pas de le dire. Je n’avais jamais vécu un tirage au sort en Ligue des champions auparavant. J’étais nerveux à l’idée d’affronter n’importe quelle équipe.

P. Il pense que le football a changé, que les flux économiques deviennent de plus en plus importants, mais qu’en fin de compte, tout dépend du soutien du Real Madrid.

A. Le football n’est pas possible sans les supporters. On peut jouer sans eux, comme cela s’est produit à l’époque de Covid, mais il manque toute la sauce. Les supporters sont la chose la plus importante dans le football. Ce sont eux qui lui donnent la passion, l’adrénaline et vous font dresser les cheveux sur la tête à l’intérieur du stade. Ils sont capables de générer des expériences uniques qui n’existeraient pas sans eux pour vous encourager ou même siffler derrière vous. Il faut savoir apprécier tout cela.

P. Les « cheveux sur la nuque » ne se dressent pas exactement sur la tête avec les Formule 1 ces derniers temps… (il se dit fan de ce sport, au point de connaître tous les recoins des circuits).

A. (Rires) La vérité est que cette année a été une saison un peu monotone. C’est dommage que nous ne puissions pas profiter d’un spectacle où plusieurs voitures se battent pour la victoire. Il ne faut pas que l’attraction principale soit de voir si Fernando Alonso obtient une deuxième place ou si les premiers ont une crevaison. Ce que nous voulons tous, au-delà de la victoire ou non de l’Espagnol, c’est voir des dépassements. Nous voulons voir une vraie lutte pour la première place et non pas voir une voiture qui a gagné dix fois de suite (la Red Bull de Max Verstappen) avec le coude par la fenêtre.

P. Il est donc plus facile pour vous d’atteindre « Count » (votre surnom au football) que « 33 »…

A. (Renifle) Je pense que le « 33 » est plus facile. Mais ce n’est pas facile cette année, parce que le soufflé d’Aston Martin est un peu retombé. Mais je reste confiant : ils travaillent et ils ont la bonne mentalité.

P. Le dernier, pour le « drapeau à damier ». Êtes-vous soulagé de parler de football à une époque où tant de controverses vous ont contraint à éloigner les sujets de conversation du terrain ?

R. Parler de football me fait du bien, car je suis une personne qui n’aime pas les conflits ou les disputes. Mais je comprends qu’à certains moments, il faut aller de l’avant et se défendre. Il faut dire clairement ce que l’on pense et, surtout, affronter les injustices et les situations qui ne sont pas correctes. Même si je suis généralement une personne calme qui n’aime pas la confrontation. Lorsque des problèmes comme ceux que nous avons vécus, ou même à la maison, se présentent… Je ne les aime pas du tout. Je suis de ceux qui aiment parler de ce qui est important pour eux et rester calmes. Pour moi, le football, c’est la joie et le bonheur. Il doit être une raison pour que les gens, les nations et le monde entier se réunissent. C’est ainsi que je le conçois. Quand tout ce qui est lié au football ne l’est pas, cela me rend triste. C’est pourquoi lorsque nous parlons de football, qui est ma passion, je me sens calme et heureux.

Auteur/autrice