Pego CF : l’histoire d’une promotion dans une saison mémorable

L’une des histoires du football régional cette année est celle du Pego CF. Une ville de la province d’Alicante d’environ 10 000 habitants, qui a vu cette saison son équipe de football atteindre la catégorie Preferente, après une saison pleine de succès.

Le chemin a été long et semé d’embûches, mais les performances des « rogets » ont permis au club de retrouver la sixième division du football espagnol deux ans plus tard. L’un des clubs historiques du football valencien, avec 100 ans de football derrière lui, qui a fait partie de la catégorie préférentielle valencienne pendant cinq des huit dernières années.

Habituée aux niveaux supérieurs, l’équipe de la Marina Alta a déjà essayé d’être promue la saison dernière, mais une série de problèmes physiques chez certains joueurs a abouti à une cinquième place. Cette année, avec une énergie renouvelée et l’impulsion de jouer dans un club centenaire, Les hommes d’Isaac Salvador ont atteint leur objectif à trois journées de la fin aux Costeres, le terrain de Gata de Gorgos.

Un match plein d’émotions, qui n’a pas été facile pour les ‘rogets’, qui, en raison des circonstances, ont dû porter des ‘blan-i-blau’. Al Pego n’avait besoin que d’un match nul pour retourner à Cervantes avec une promotion sous le bras.mais ils ont réussi à faire leurs devoirs dans le domaine qui leur a le plus coûté cette saison : les déplacements à l’extérieur. Le duel a bien commencé pour les visiteurs. Après avoir pris l’avantage, ils ont réussi à augmenter leur avance de deux buts. Mais alors qu’il semblait que tout était sous contrôle et que les points allaient revenir à Pego dans leur poche, les locaux ont réussi à réduire l’écart à 1-2.

A lire aussi  Raphael Dwamena meurt après s'être effondré sur le terrain

Célébration de la promotion du CF Pego


Face à la deuxième équipe du classement, le CF Pego s’est efforcé d’égaliser et a réussi à obtenir un penalty. Mais la suite est toujours la même. Fede, d’une parade féline, arrêtait le penalty et redonnait vie aux « rogets » qui, de leur côté, mettaient le tableau d’affichage à l’aise à la 89e minute grâce à un but d’Arnau. Triple coup de sifflet de l’arbitre et victoire, ce qui a déclenché la joie de l’équipe, ainsi que des supporters qui s’étaient déplacés à Gata pour vivre de près l’exploit de Pego. Malgré la non obtention de la première place, un leadership qui a été combattu tout au long du parcours avec Benignànim. En fin de compte, le championnat n’a pas été gagné, selon les mots du président du club, Juan Francisco Frau Ferrer, « A l’extérieur, nous n’avons pas été aussi constants que nous le souhaitions ».ce qui nous a coûté des points au moment de décrocher la première place. Avec une colonne vertébrale très claire et une base de joueurs formés au pays.

Jusqu’à sept joueurs formés au football de base du Pego CF ont fait partie de l’équipe qui a obtenu la promotion. Guillem Bordes, « Curro », Arnau, Kevin Fillol, Sergi Chamorro et Carles Sastre, sans oublier le grand capitaine, Víctor Giménez. Une base complétée par une colonne vertébrale essentielle, à commencer par Fede, déjà cité. Le gardien a été la première ligne de défense, arrêtant plusieurs penalties cette saison. Une ligne soutenue au milieu de terrain par Arnau et Ramiro, ce dernier ayant souffert d’une blessure mais s’étant montré indispensable chaque fois qu’il était sur le terrain, apportant de la solidité. En attaque, Maverik Castro, avec sa vitesse, et Germán Sáenz, avec son expérience, ont donné l’impulsion. Un joueur qui a fait ses preuves dans le football professionnel et qui a joué en deuxième division avec Tenerife et Ibiza.et qui, après s’être marié à Pego, est resté dans l’équipe, amoureux de la ville.

A lire aussi  Robert Moreno, ancien sélectionneur de l'Espagne, nouvel entraîneur du club russe de Sochi

Le moment de la promotion de Pego dans la ligue espagnole.


Mais cette promotion n’est pas la seule que le club a connue cette saison. L’équipe de jeunes a également réussi à passer dans la catégorie préférentielle. Mais de manière plus difficile. C’était le dernier match de championnat et l’équipe de jeunes de Pego jouait à Bellreguard. Eans un stade plein à craquer de 1.500 spectateurs, l’équipe locale n’a obtenu la promotion qu’avec un match nul, alors que les rogatois ont dû gagner le match.. Un duel à la vie ou à la mort dont une seule équipe sortirait avec le privilège de jouer dans la Preferente la saison prochaine. La tension était palpable dans l’atmosphère, et encore plus lorsque Pego a pris l’avantage 2-0.

A l’instar de l’équipe première, ils ont cédé à six minutes de la fin, et les nerfs ont commencé à faire des ravages. Eelon le président, « nous avons failli avoir une crise cardiaque ». Une excellente deuxième mi-temps a suffi à l’équipe de Pego pour prendre les trois points, une victoire « méritée » dans laquelle « ils croyaient plus à la victoire que leurs adversaires », a commenté Juanfran. « Ils ont fait un grand match ».. Au final, une année historique pour un grand club, dont les exigences démontrent le poids d’un écusson centenaire comme celui du Pego CF.

Auteur/autrice