Un blason centenaire forgé à force de travail

Cette année n’est pas une année comme les autres pour la ville de Pego et son équipe.. Dans une ville aussi passionnée de football que celle de la région de la Marina Alta, le fait que son équipe de football soit 100 ans d’histoire n’est pas un sujet comme les autres. Comme le souligne Joan Miquel Almela, archiviste municipal et auteur du livre du centenaire, les racines du club pourraient être encore plus anciennes.

L’absence de documents officiels prouvant l’année de fondation et, en particulier, l’acte fondateur, rend difficile l’estimation de l’année de naissance. Cependant, il n’est pas possible d’estimer l’année de naissance, il existe des données pour 1918, 1921 et 1922. Il a finalement été décidé d’établir la naissance en 1923.100 ans plus tard, nous nous trouvons devant un événement dont peu d’équipes, même dans la Comunitat Valenciana, sont fières.

Une histoire taillée dans le Cervantesmais il n’en a pas toujours été ainsi. Ce n’est qu’à la fin de l’année 1931 que fut inauguré le stade actuel, construit pierre par pierre par les joueurs eux-mêmes. Jusqu’à cette date, le football à Pego se jouait sur un terrain qui fut par la suite aménagé et qui correspond aujourd’hui au Carrer Pere Sala. Malheureusement, la pratique du football a disparu pendant un certain temps dans la ville au cours du processus de disparition de l’ancien terrain, et les permis adjacents ont été obtenus pour la construction de l’actuel Cervantes.

Pendant la Seconde République, le football commence à se développer à pas de géant, mais le désastre de la guerre civile tue dans l’œuf le football organisé, laissant, comme le souligne Joan Miquel dans son livre, « une atmosphère de confrontation politique et sociale qui s’est répercutée sur le football, qui s’est divisé tout comme le football s’est divisé ». Dans l’après-guerre, malgré les difficultés de la population, le football revient en force, tout comme Pego, qui change de nom pour devenir Educación y Descanso Pego, et s’inscrit à la Fédération valencienne de football. Ce n’est pas seulement le nom qui a changé, l’équipe a changé de peau, passant de l’uniforme classique à rayures bleues et blanches au « roget ». qu’on lui connaît aujourd’hui, avec un pantalon bleu.

A lire aussi  Les victimes d'Alhama Murcia s'expriment publiquement pour la première fois

La première promotion

Les années 1950 sont arrivées, et avec la croissance dynamique du football, les premiers succès de la ED Pego. Une promotion en première division régionale en 1958, qui se transforme l’année suivante en une deuxième promotion, cette fois en troisième division.une étape historique.

Sous la direction de Felipe Ara, qui a ensuite joué en première division, il a fourni à l’équipe une base de joueurs d’Alcoi en qui il avait confiance, et a fait passer l’équipe de la première division régionale à la troisième, où elle est devenue une équipe d’élite. trois longues saisons ont été endurées.

Les années ont été dures pour les « rogets », qui a été rebaptisé Pego Football Club. Face à des équipes comme Villarreal et Castellón, l’impossibilité de se maintenir dans une catégorie aussi chère plongea le club dans l’enfer de la relégation et il finit par disparaître un an plus tard.

Ce furent des années de dure crise économique et sportive, du moins jusqu’à la fin des années soixante-dix, lorsque l’embryon de ce qui allait devenir un habitué de la troisième division commença à se dessiner. Avec la fin de la dictature et le début de la démocratie, le club de Marina Alta commence à voir le jour.

Déjà par la main de Pascual Sendra, l’équipe de Pegolino a obtenu sa deuxième promotion en troisième division en 1988. et, à l’exception d’une restructuration fédérative qui a bouleversé les catégories inférieures, elle est retournée en Preferente en 1993. Mais cette équipe était faite pour aller plus haut, et trois ans plus tard, ils reviennent à leur place avec une troisième promotion.

A lire aussi  Le conflit entre Benzema et Nuno alimente la crise interne d'Al Ittihad

Ils se sont imposés dans la catégorie et ont même participé à une phase de promotion en Segunda División B, mais la pièce est tombée du mauvais côté cette fois-ci. En 2009, le club est retourné dans la catégorie préférentielle et, après la pandémie de Covid-19, ils ont été inévitablement relégués dans la fosse de la Primera Regional.

Jusqu’à cette année académique, qui coïncide avec le 100e anniversaire de l’histoire du club, Pego CF a une nouvelle fois été promu dans la catégorie préférentielle.Le Pego CF n’est plus qu’à un pas de la cinquième marche du football national.

Le goût n’est pas encore celui d’un club historique centenaire, mais il s’améliore de plus en plus. de plus en plus près de retrouver sa place La ville de Pego, à Alicante, respire le football à pleins poumons et cette année, elle est en fête.

Auteur/autrice